Château de Bagnard
03170 BIZENEUILLE
- Plan d'accès -

Nous écrire

M. Emmanuel de Montaignac
Tél. : 06.09.18.50.79
Fax : 04.70.07.85.40



Château de Bagnard HISTOIRE DE LA FAMILLE DE MONTAIGNAC Château de Bagnard

armes de la famille de Montaignac

Armes « de sable au sautoir d'argent accompagné de quatre molettes d'éperon d'or ; l'écu timbré d'un casque taré de front, armé de ses lambrequins, ayant pour cimier un lion de gueules tenant de la pâte dextre une épée d'argent garnie d'or ; supports : deux griffons tenant chacun une banière de sable au sautoir d'argent ».

Devises : Pro Fide et Patria et Virtus mihi numen et ensis.

Maison de très ancienne noblesse et haute chevalerie qui tire son nom de Montaignac en Limousin (paroisse de Saint-Hyppolyte, canton d'Egletons en Corrèze).
Du château d'origine situé dans cette commune sur l'ancienne voie romaine de Bordeaux à Lyon, il ne reste rien. Les communs sont toujours debout et l'ancienne chapelle a été convertie en grange.

Par le mariage en 1637 de François avec Gilberte de Chauvance, les Montaignac devinrent seigneurs de ce fief sur la commune de Villossange (Puy-de-Dôme). Par la suite, la branche aînée de la famille ajouta ce patronyme à celui de Montaignac.

A la fin du XIXe siècle, l'amiral, marquis de Montaignac, ancien ministre de la Marine, y fit reconstruire un élégant manoir de style Henri II.

Les Montaignac sont ou ont été marquis et comtes d'Etanesannes et de Linières, comtes de Chauvance, la Rochebriant et Cluys, vicomtes ou barons de nombreuses seigneuries en Auvergne, Limousin, Marche, Combraille, Bourbonnais et Berry.

Au château d'Etangsannes (Commune de Saint-Chabrais, Canton de Chénerailles - Creuse) on peut encore voir une grosse tour carrée du château primitif du XIIe siècle. Le corps de logis et une autre grosse tour ronde ont été bâtis au XVe siècle. La tour d'escalier s'ouvre par une porte blasonnée aux armes de Montaignac.

Par mariage avec Antoinette du Peschin en 1684, Amable de la Rochebriant Montaignac, seigneur de Chauvance, devint propriétaire du château de Bord à Doyet (Allier).

Décédé à Parsac (Creuse) en 1700, son cœur fut ramené à Bord et muré dans la chapelle de Bord qui avait été érigée en 1641. Leurs descendants possèdent encore, dans la région de Montluçon en Bourbonnais, les châteaux de Bagnard : comte Emmanuel, Amable de Montaignac, du Plaix : baron et baronne Yves, Amable de Montaignac, et de Fragnes : Marie-Claire, Amable et Martine, Amable de Montaignac.

Les Montaignac apparaissent dès le XIe siècle et peuvent s'enorgueillir de nombreux ancêtres prestigieux :

Pierre-Bernard fut croisé de la première croisade (1096) ; Guy et Renaud de Montaignac participèrent, eux, à la huitième croisade, celle de Saint Louis.

Ils comptent, par ailleurs, deux capitaines de cent hommes d'armes au moyen-âge, un ambassadeur au Portugal, plusieurs gentilshommes de la maison du roi, un gouverneur de Catane, un grand nombre de chevaliers de Saint-Louis et un plus grand nombre encore de dignitaires de l'Ordre de Malte, dont Claude, grand dignitaire et Gabriel, gouverneur et grand-maître de Malte, un page de Louis XIV et un autre de Stanislas, roi de Pologne au XVIIe siècle.

La famille s'honore de compter deux saints parmi les siens : Saint-Amable de Chauvance (Ve siècle) devint supérieur de l'abbaye de Riom, puis curé de cette paroisse où il fit bâtir les églises de Saint-Jean-Baptiste et de Saint-Bénigne. Devenu le saint patron de la ville de Riom, ses reliques sont toujours vénérées dans cette dernière église.

La bienheureuse Louise-Thérèse de Montaignac (1820- 1885), fonda à Monduçon l'Ordre des Oblates du Coeur de Jésus ; elle fut béatifiée par le pape Jean-Paul II en 1990. Mais le plus célèbre d'entre eux dont la carrière est celle de Charles III, connétable de France, est sans conteste François-Antoine dont la biographie résumée suit.

FRANÇOIS-ANTOINE DE MONTAIGNAC D'ETANGSANNES
« loyauté n'a honte »

Ce seigneur a déjà soixante-et-un ans lorsqu'il assiste à Moulins au mariage de Charles de Montpensier et Anne. Dès lors, il fera partie des gentilhommes attachés à la suite du dernier duc de Bourbonnais. Il est près de lui à Gênes (1507), au baptême du petit François (1517) et au camp du Drap d'Or (1520).

Lorsque le connétable quitte Chamelle en 1523, Montaignac, pour protéger la fuite de son maître, lui emprunte un habit et part dans la direction opposée.

Il le rejoint en Italie et participe avec les troupes impériales aux campagnes de 1524. Après la mort de Bayard à La Siesa, il est fait gouverneur du château de Milan.

Il est encore présent aux côtés de Charles de Bourbon à Pavie (1525) qui voit la mort de tant de gentilhommes français et au sac de Rome (1527).

Comme celles de tous les partisans du Connétable, ses terres sont confisquées mais lui seront rendues à la suite du traité de Cambrai (« Paix des Dames » - 1529).

Il meurt à Milan en 1527.

Les Bourbons avant Henri IV - Tome IV (1505-1527) - Charles III de Bourbon Connétable de France

Le Bourbons avant Henri IV

Extrait de,
Les Bourbons avant Henri IV - Tome IV (1505-1527) -
Charles III de Bourbon Connétable de France

Jacques Chateau, 2004, pp.173-176
210 x 250 - 189 pages.

Mille mercis à son auteur qui nous permis de recopier ces quelques pages.

Contact :
Tel 04 70 07 74 83
jac.chateau@wanadoo.fr